Faire progresser la culture de sécurité

L’une des priorités stratégiques que s’est fixées la CSTIT pour 2015-2017 est l’avancement de la culture de sécurité. Il s’agit d’un objectif permanent qui concourt entre autres à la prévention proactive des incidents au travail, à la sensibilisation des travailleurs et des employeurs, et au renforcement des messages axés sur la sécurité. Le concept de « culture de sécurité » n’est toutefois pas toujours bien compris. La CSTIT s’active de concert avec des organismes semblables partout au pays à en faire comprendre le sens et à transmettre les valeurs et croyances qui contribuent à cette culture.

De façon générale, la « culture de sécurité » peut se définir comme une série de valeurs et de croyances concernant la sécurité et la santé au travail. Elle s’inscrit dans une approche plus vaste qui oriente une organisation dans sa planification ainsi que dans ses décisions et ses activités courantes. Idéalement, une culture axée sur la sécurité se reflète dans les valeurs et les croyances préconisées dans l’ensemble d’une collectivité. 

Voici des valeurs témoignant d’une solide culture de la sécurité :

  • L’engagement à répondre aux attentes en matière de santé et de sécurité au travail;
  • La perception des ressources humaines comme celles étant les plus précieuses dans une organisation;
  • La considération de la santé et de la sécurité comme des notions égales. 

Les croyances associées à de telles valeurs se résument ainsi :

  • Les blessures et les maladies liées au travail peuvent être évitées;
  • Les dirigeants sont un moteur de changement positif;
  • Tous contribuent à la création de milieux de travail sains et sécuritaires. 

Dans le contexte d’un milieu de travail, il est possible d’évaluer la culture de la sécurité en examinant la façon dont on répond aux préoccupations touchant la santé et la sécurité, la mobilisation de la direction à l’égard de ces enjeux et l’engagement en faveur de l’inclusivité au travail. L’énergie que déploierait une organisation en faveur de l’apprentissage continu, par exemple, serait aussi le témoignage d’un attachement à la culture de la sécurité et d’une volonté de créer un milieu de travail qui favorise la confiance et le respect.

Dans un contexte externe, la culture de la sécurité peut être renforcée dans l’ensemble de la collectivité si les institutions, comme les écoles, font la promotion de l’éducation et de la formation, si la sécurité est valorisée comme une norme prioritaire dans la sphère publique, si les dirigeants à tous les échelons affichent leur résolution à soutenir la santé et la sécurité au travail, à y investir, et si les lois et les règles touchant la sécurité sont mis en œuvre et appliqués dans une démarche progressive. Ici, aux T.N.-O et au Nunavut, la CSTIT collabore avec les employeurs et les travailleurs pour développer une forte culture de la sécurité dans divers milieux de travail. La sécurité est une responsabilité qui incombe à tous. DG